Les Blessures de l’âmes

Connaître les blessures permet d’avoir plus de compassion

Une blessure est une douleur émotionnelle vive ressentie au cours d’une relation où l’un de nos besoins essentiels n’est pas satisfait et où nous réagissons en s’accusant ou en accusant l’autre. C’est un chaos émotionnel vécu seul, dans l’isolement où s’est enraciné un sentiment de rejet, d’abandon, d’injustice, d’humiliation ou de trahison. Notre corps est marqué par le masque et non par la blessure !

Une blessure est déjà inscrite dans l’âme au moment de la conception (attirance magnétique par ce que nous n’avons pas encore réussi à vivre dans l’amour et l’acceptation de nos vies précédentes et par ce que les futurs parents ont à régler à travers un enfant comme nous).

Ces blessures sont au nombre de cinq et sont, en ordre chronologique, le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison et l’injustice. Nous naissons tous avec plusieurs de ces blessures, mais elles sont vécues à des degrés différents. Ces blessures ont été créées dans une vie précédente et sont toujours présentes, car elles n’ont pas été acceptées.

BLESSURE MASQUE ÉTAT

ABANDON DÉPENDANT Soupire, se plaint, s’accroche

REJET FUYANT Se réfugie dans un monde irréel

INJUSTICE RIGIDE Se justifie et s’en demande

TRAHISON CONTRÔLANT Ne se fait plus confiance

HUMILIATION MASOCHISTE Manque de temps pour soi

Si la blessure est très forte, les conséquences le sont aussi

ABANDON grosses dépressions

REJET repli, anorexie

INJUSTICE implosion, crise cardiaque

TRAHISON explosion, despotisme, torture, mort violente

HUMILIATION morbidité, dégoût des autres

Une blessure non réglée n’est pas vécue dans l’acceptation Selon les blessures, l’être agit et réagit différemment à une même situation. Par exemple, vis-à-vis d’un mari qui travaille de longues heures supplémentaires, une épouse peut se sentir rejetée en croyant qu’elle n’est pas assez importante, une autre abandonnée, une autre trahie et ne lui fait pas confiance car elle doute qu’il travaille véritablement, une autre encore trouvera que c’est injuste. L’épouse qui n’est pas affectée se sentira bien malgré cette situation. L’ego refuse de reconnaître ces blessures en croyant ainsi moins souffrir, c’est pourquoi nous créons des masques pour notre survie dont l’unique utilité est de nous protéger dans l’espoir de moins souffrir. Ce n’est pas ce que nous vivons qui nous fait souffrir mais bien notre réaction à ce que nous vivons et c’est bien là la conséquence de nos blessures non guéries. Le corps change au fur et à mesure qu’on vit des blessures différentes. Par exemple, une personne rigide souffrant des blessures d’injustice et d’humiliation, qui tout à coup aurait un surplus de poids, vivrait une situation où elle se sent plus humiliée. Elle peut avoir honte d’elle-même ou honte de quelqu’un d’autre. Puis elle décide de suivre un régime. A ce moment, c’est la rigidité qui prend le dessus. Les blessures sont activées en fonction des gens avec qui on travaille, avec qui on vit (le corps change suivant la profession ou le conjoint), notre famille. Le corps change tout au long de l’existence. La blessure qu’on n’a pas encore guérie nous laisse vulnérable, et si nous sommes touchés par quiconque au niveau de cette blessure, nous aurons tendance à en vouloir à cette personne de ne pas en avoir pris soin. Or c’est à nous et nous seulement d’en prendre soin ! On peut ainsi, dans une telle situation, prendre la décision de cacher notre blessure, et continuer à grossir pour la dissimuler davantage.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.